Un voyage vers l’estimation de ressources minérales: les données

par | Août 25, 2020

Introduction

Comme promis dans notre article publié « TOP 10 TIPS FOR MINERAL RESOURCE ESTIMATION », voici le premier article d’une série nommés  Un voyage vers l’estimation de ressources minérales. Ces différents chapitres visent à discuter des divers aspects des tâches généralement entreprises pour réaliser avec succès une estimation des ressources minérales pour un gisement minéral donné. Cet article discute de l’importance des données et pourquoi elles sont si essentielles.

 

Les données, la base de tout

Chaque voyage a un début ; la collection de données est la première étape de l’estimation des ressources minérales. Cependant, la plupart du temps, en raison de résultats décourageants, tous les programmes d’exploration minière n’atteignent pas la fin de cette étape.

Dans le domaine de l’exploration minérale, les données collectées sont l’actif le plus précieux. Elles doivent être manipulées avec soin car le but de l’exploration minérale est d’obtenir les données nécessaires pour évaluer un gisement minéral. Il faut beaucoup d’efforts pour terminer le processus. Indépendamment de l’enthousiasme lié au contenu des données, elles doivent être organisées et stockées correctement dans une base de données structurée et sécurisée. Les données fournissent les éléments de base pour créer de l’informations et constituent la base des interprétations et de la prise de décision. Les données, l’actif immatériel, sont souvent tenues pour acquises: les utilisateurs finaux négligent leur importance, se concentrant plutôt sur les informations et les rapports, car ce sont ce que les gens comprennent et communiquent.

Figure 1 : Pyramide des Données, de l’Information et de la Connaissance

Source: Micon, 2020.

 

Procédures standard de transfert de données dans le conseil

Lorsque les consultants en exploitation minière reçoivent une base de données géologique avec laquelle on peut effectuer une estimation des ressources minérales, beaucoup d’efforts sont généralement nécessaires et il faut du temps pour compiler, nettoyer et organiser les données afin  d’étayer l’estimation minérale. Les détails des métadonnées sont ignorés ou perdus dans le processus de manipulation et peuvent même ne jamais être capturés. Les consultants peuvent simplement recevoir une copie de données, qui est souvent une version filtrée ou partielle de l’ensemble de la base de données existante.

Une fois les vérifications soigneuses effectuées, les données géologiques sont acceptées « telles quelles » sous réserve que le client en garantisse l’exactitude et l’exhaustivité ; cependant, chaque base de données contient des variables qualitatives et quantitatives, qui ont une histoire que les consultants connaissent rarement.

À la réception et à la conservation des données, toutes les procédures standard d’estimation des ressources sont terminées, présentant les résultats dans un état des ressources minérales avec le tonnage et la teneur moyenne du gisement minéral donné. C’est souvent l’étendue de l’implication d’un consultant.

 

L’objet

Toutes les procédures décrites ci-dessus sont des pratiques standard dans le conseil minier.

Les données jouent un rôle central dans l’estimation des ressources minérales. Les consultants expérimentés savent à quel point une base de données géologique est importante et précieuse, et des termes comme corrompu, perdu, peu fiable, incomplet, insuffisant, inadapté sont souvent mentionnés pour qualifier des données de faible qualitées. Généralement, au moment où les consultants sont impliqués, il est trop tard pour faire des corrections conduisant à des solutions coûteuses. Cela peut  parfois être un obstacle à compléter le travail.

Tous ces tracas et gaspillages de temps et d’argent peuvent être évités. Cela exige que les consultants qui effectuent une estimation des ressources minérales soient impliqués dans le processus de saisie des données à un stade précoce et soient les observateurs indépendants de la « gestation des données ». Cela garantira que cette opération coûteuse mais essentielle est correctement effectuée, une seule fois.

Cela augmentera le niveau de confiance de toutes les parties intéressées telles que les sociétés d’exploration, les actionnaires, les investisseurs, les analystes, les prêteurs, le public et, finalement les consultants qui assument la responsabilité de l’estimation.

Ce modus operandi recommandé ne signifie pas des frais de consultation coûteux à un stade précoce de l’exploration. Avec un système de gestion de base de données approprié, un consultant peut passer 1 ou 2 heures à examiner les paramètres de votre base de données et fournir les conseils nécessaires en cas de besoin.

 

La base de données géologique

La plupart des sociétés d’exploration et d’exploitation minière qui gèrent des projets d’exploration ont du mal à construire une nouvelle base de données géologiques, et tout le monde le fait différemment avec le logiciel informatique disponible. Le plus utilisé est Microsoft Excel parce qu’il est abordable; toutefois, Excel n’est pas un gestionnaire de base de données.

Il y a quelques aspects généraux à considérer lors de la construction d’une base de données géologique :

  • La base de données doit être unique et stockée/partagée à partir d’une seule source permanente.
  • Les données doivent être organisées, fiables, accessibles, vérifiables et sécurisées.
  • La base de données doit contenir au moins l’emplacement, la géologie et les données d’échantillonnage, voir tableau 1 pour plus de détails.

 

Tableau 1: Données essentielles à l’appui d’une estimation des ressources minérales

Source: Micon, 2020.

 

En résumé, nous avons besoin de:

  • Données de localisation pour définir la géométrie du gisement minéral,
  • Données géologiques pour déterminer le cadre géologique du gisement minéral,
  • Données d’analyse pour évaluer la distribution des teneurs et les quantités de la commodité contenue,
  • Données de densité pour calculer le tonnage, et,
  • Données de récupération métallurgique ainsi que les paramètres économiques pour déterminer le potential d’extraction économique.

Tous ces composants du jeu de données sont essentiels et doivent être collectés.

 

Vérification des données

Les erreurs de données sont omniprésentes; il est presque garanti que vous attraperez une erreur dans la base de données. Pour cette raison, l’entreprise qui recueille les données et les consultants qui utilisent les données devraient faire de grands efforts pour disposer d’une base de données géologique sans erreur. Parmi les nombreuses étapes de vérification effectuées de façon méthodiques sur l’ensemble de la base de données, mentionnons : révision des données qa/qc, vérifications des valeurs d’analyse, unités d’analyse, échange d’éléments, échanges déchantillons, valeurs négatives, symboles de limites de détection, versions différentes de résultats d’analyse, séquences d’intervalles, lacunes/chevauchements d’intervalles, données manquantes, données dupliquées, résultats en attente, écarts suspects de déviation dans lesforages, système de coordonnées, emplacements de collier, surface topographique, et bien d’autres. De plus, l’affichage des données dans un logiciel de visualisation 3D est un moyen pratique de détecter rapidement les erreurs et les incohérences, en particulier celles liées à la localisation des données.

 

En conclusion, la collecte et la vérification des données est une tâche longue et fastidieuse. C’est l’étape la plus importante pour commencer votre voyage vers l’estimation des ressources minérales ; parlez à Micon avant de commencer.

Dans notre prochain article, nous discuterons des statistiques.

.

.

.

.

.

.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Opinion

VIEW ALL

Case Studies

VIEW ALL